Devenir franchisé : 6 choses à vérifier pour réussir

Selon l’Observatoire de la Franchise, la franchise présente un chiffre d’affaires en constante augmentation. En 20 ans le chiffre d’affaires de la franchise en France a doublé, pour atteindre plus de 50 milliards d’euros en 2012. Cette même année on comptait plus de 65 000 franchisés en France.

Créer son entreprise sous franchise semble attirer de plus en plus Français. On ne compte plus le nombre de témoignages d’entrepreneurs ayant réussi. Cependant il existe aussi des échecs dû à une mauvaise préparation.

Voyons 6 choses à vérifier avant de se lancer pour s’assurer une success story.

Quels sont les frais à payer au franchiseur ?

Bien sûr pour devenir franchisé vous allez payer un droit d’entrée à votre franchiseur. Ce droit d’entrée est à intégrer dans vos investissements initiaux. Mais ce n’est pas tout !

Le franchisé verse aussi un pourcentage de son chiffre d’affaires annuel. Pourcentage qu’il est possible de négocier selon le stage de maturité de la franchise. Une nouvelle franchise tout juste créée sera moins ferme qu’une entreprise déjà bien implantée et au succès reconnu. Selon les contrats le franchisé peut aussi avoir à acheter des équipements au franchiseur.

Quelles obligations vis à vis des fournisseurs ?

Deuxième point qui découle naturellement du premier. Dans certains cas le franchisé doit s’engager à s’approvisionner auprès de certains fournisseurs. Généralement le franchiseur négocie les tarifs auprès de ces fournisseurs et cela peut être avantageux. En effet vous n’êtes plus un chef d’entreprise isolé qui négocie les termes. En tant que franchisé vous êtes allié à une dizaine voire une centaine d’autres entrepreneurs. Grâce aux économies d’échelles c’est intéressant pour le fournisseur d’accepter certaines réductions pour profiter d’un marché conséquent.

Mais ce n’est pas toujours le cas. J’ai vu récemment un énième reportage télé consacré à la franchise. La gérante d’une pizzeria version fast-food confiait qu’elle pourrait faire des économies énormes en commandant ses cartons de pizzas chez un autre fournisseur. Malheureusement ce n’était pas possible parce que son contrat l’empêchait d’en changer.

Il faut vérifier que les obligations « annexes » vous servent financièrement.

Comment le franchiseur gagne sa vie ?

J’ai participé l’année dernière à une réunion d’information pour une société de Marketing relationnel (aussi appelé « Marketing Multi-Level ») J’avoue ne pas avoir été convaincu. Pourquoi ? Parce que le fonctionnement me rappelait trop un système de Ponzi. Vous savez ces mécanismes pyramidaux. Visiblement les « vétérans » de leur organisation généraient plus de revenues grâce au recrutement de petits nouveaux que grâce à leurs ventes. Je me trompe peut-être mais une chose c’est sûr : ce n’est pas pour moi.

Il faut vérifier comment le franchiseur génère du chiffre d’affaires. Est-ce qu’il obtient des revenues grâce à l’activité de franchises existantes ou grâce à l’arrivée de nouveaux franchisés ? Les deux bien sûr. Seulement un déséquilibre trop important peut toujours vous mettre la puce à l’oreille et vous éviter une sacrée galère.

Quelles sont les statistiques de réussite et d’échec ?

Enquêtez auprès de ceux qui ont déjà fait le pas. Questionnez les actuelles franchisés. Trouvez des chiffres qui prédiront la bonne santé financière de votre projet. On parle de création d’entreprise donc une étude de votre marché est primordiale !

Combien de franchisés passent la clé sous la porte chaque année ? Combien revendent leur business ? Notons qu’ils peuvent revendre des entreprises qui marchent. Par contre un turnover trop élevé permet de déceler des problèmes qu’on ne voit pas à la surface. Dans ce cas là il va falloir gratter un peu plus.

Quelle clause de non-concurrence ?

Assurez-vous que le franchiseur ne laissera pas un autre franchisé s’installer à côté de vous. La première fois que j’étais à Chicago j’ai vu des Starbucks à chaque coin rue. Réellement à chaque coin de rue. Comment pouvaient-ils tous survivre malgré cette forte concentration de cafés ? Vu l’affluence de clients, Starbucks avait bien étudié le marché. Et donc bien limité la zone de chalandise nécessaire pour chaque commerce.

La clause de non-concurrence est délimitée pour une zone géographie précise et une durée donnée. A étudier.

Comment quitter la franchise ?

C’est toujours beau de signer un contrat. C’est toujours plus sûr qu’il stipule les conditions de rupture. Franchisé et franchiseur ne feront peut-être pas affaire pour la vie. Comment ça se passe à ce moment là ? Mieux vaut être prêt.