La mission de contrôle interne du commissaire aux comptes

Quel rôle joue le commissaire aux comptes dans le contrôle interne d’une entreprise ?
Pourquoi un commissaire aux comptes est nécessaire pour la bonne maîtrise de vos opérations ?

Les objectifs du commissaire aux comptes

Par définition, le commissaire aux comptes a pour principal objectif de « certifier que les comptes annuels sont réguliers et sincères et donner une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société ».

Le commissaire aux comptes peut, sans trop de difficultés, s’assurer que les soldes du bilan sont correctement évalués, affectés et présentés. Il n’en est pas de même pour les objectifs de réalité des opérations de l’année. Le commissaire aux comptes ne peut que rarement se baser uniquement sur le contrôle des comptes pour une valider une certification. Une plus grande marge de confiance est demandée par la loi. Ceci justifie l’importance attachée à son appréciation du contrôle interne en place dans l’entreprise. C’est à dire un audit qui assure le bon fonctionnement des opérations de l’entreprise.

La démarche du commissaire aux comptes

Tout d’abord le commissaire aux comptes planifie sa mission. Lors de son audit au sein de l’entreprise, le commissaire aux comptes apprécie les risques généraux, identifie les domaines et systèmes significatifs (ce sont les domaines qui représentent une part significative de l’activité ainsi que les systèmes qui traitent des données répétitives qui peuvent dont avoir une incidence importante sur les comptes annuels) et finalement oriente et planifie son intervention

Ensuite le commissaire aux comptes effectue une étude des systèmes qu’il juge significatifs. Son but est d’identifier les risques d’erreur dans le traitement des données afin d’en déduire un programme. L’étude et l’évaluation du contrôle interne portent que sur les systèmes jugés significatifs par le commissaire aux comptes, selon les objectifs qu’il s’est fixés. Il ne doit donc pas obligatoirement d’évaluer tous les systèmes de l’entreprise. L’appréciation du contrôle interne par le commissaire aux comptes est composé de deux étapes :

1) comprendre les procédures de traitement des données mises en place par l’entreprise.
2) vérifier le fonctionnement des contrôles internes de l’entreprise pour être sûr que les résultats escomptés tout au long de la période examinée soient justes.

Troisièmement, le commissaire aux comptes contrôle les comptes de l’entreprise. Le but de cette étape de la mission est de réunir les justificatifs nécessaires pour prouver que les règles de présentation et d’évaluation des comptes sont respectées. Le commissaire aux comptes vérifie aussi que les actifs et passifs existent et appartiennent à l’entreprise.

Avant d’effectuer une synthèse définitive de ses travaux et de formuler son opinion sur les comptes annuels, le commissaire aux comptes doit encore : rechercher les événements qui surviennent après la clôture, obtenir la lettre d’affirmation du dirigeant, faire un rapport sur les comptes annuels.

Quels seraient les risques sans commissaire aux comptes ?

Faire appel à un commissaire aux comptes permet de se protéger de certains risques.

Risques généraux liés à l’entreprise

Ce sont les risques qui sont de nature à influencer l’ensemble des opérations de l’entreprise. Parmi les composantes de cette nature de risque sont notamment en relation directe avec le contrôle interne :
– l’organisation générale et la structure de l’entreprise
– le comportement de la direction
– la politique du personnel
– l’organisation administrative et comptable
Ces éléments représentent l’environnement du contrôle interne.

Risques liés à la nature des opérations traitées

Les comptes annuels sont le reflet des opérations traitées par l’entreprise. Parmi ces données on doit distinguer :
– les données répétitives qui résultent de l’activité habituelle de l’entreprise (achats, ventes, salaires, etc). Ces risques sont liés à la fiabilité des systèmes.
– les données ponctuelles ou exceptionnelles (contrôle direct des comptes)

Risques liés au fonctionnement des systèmes

La conception des systèmes de saisie et de traitement des opérations doit permettre de prévenir des erreurs ou détecter celles qui se produisent pour les corriger. Lorsque la conception des systèmes est fiable, les risques peuvent être limités notamment pour le traitement des données répétitives.

Risques de non-détection liés à l’audit

Le risque que des erreurs significatives subsistent dans les comptes annuels, sans que les commissaires aux comptes ne les ait détecté est d’autant plus limité que celui-ci met en erreur une démarche rigoureuse et adaptée à chaque entreprise. Mais il faut souligner que plus le système de contrôle interne de l’entreprise est fiable plus il permet au commissaire aux comptes qui l’utilise de limiter le risque que des erreurs subsistent dans les comptes. Si les procédures de contrôle interne sont bien conçues et bien appliquées et sont confirmées par les propres contrôles du commissaire aux comptes, il pourra avoir une assurance plus forte qu’aucune anomalie significative ne subsiste dans les comptes.